CURIOSITIES OF THE SKY. :: ASCLEPIOS HOSPITAL
 

 
Nobias ¤ Accusation Déloyale


there are two sides to every story and the truth usually lies




Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


avatar
Stretched to the core of galaxies


Stretched to the core of galaxies






Nobias ¤ Accusation Déloyale ; posté le Lun 7 Nov - 10:57




Accusation déloyale ⊰ Tobias & Nora
'Cause I know who you are. You can't lie...
La pénombre commençait à s'étendre sur l'horizon tandis que dix-huit heures s'annonçaient. La lumière du jour perdait d'ores et déjà de sa splendeur si aveuglante tandis que le satellite argent croissait doucement dans les cieux ardents. La saison hivernale entamait finalement son règne privant ainsi la divinité solaire de quelques heures d'éclat intense, sortilège lancé des siècles auparavant. Le temps de la lumière se montrait désormais révolu, accordant ainsi une place inestimable à la froideur des ténèbres insondables.
Si les rayons lumineux n'affectaient que peu ma peau de nacre, je ressentais néanmoins leur chaleur cuisante tenter de percer ma chair si fragile. En dépit du déclin de la puissance solaire, l'énergie lunaire se révélait loin d'être à son paroxysme. Le crépuscule semblait rétablir un certain équilibre des forces surnaturelles, ramenant chaque sorcier au même état d'impuissance. Le moment idéal pour une confrontation avec un sorcier né sous la bénédiction de la luminescence.
Seulement parée d'un trench-coat et de gants en lin pour palier à la fraicheur des brises venues du Nord, je m'emparai également d'une ombrelle comme seule protection contre les brûlures infimes sur le visage. Habituée aux regards insistants des autres, je faisais fis de leur stupeur et avançait la tête bien droite. Peu d'individus allait et venait dans les rue de Redmoor dissimulé sous un parapluie lorsque la pluie ne perçait pas les nuages. Certains pensaient à une crise d'extravagance, des humains sans doute, tandis que d'autres méprisaient cet audace de sortir en pleine journée, pleinement conscients de ma nature.
J'arrivai rapidement à la clinique au nom divin. Il s'agissait d'un petit hôpital accueillant à peine quelques services. Je n'étais pas même sûre, que des chirurgien puissent exercer tant le matériel se révélait inadapté. Cela dit, Redmoor ne comptait que peu d'humains, les sorciers préférant confier leur vie à la magie et aux rites. Seules certaines urgences devaient se montrer prises en charge.
Pénétrant dans l'enceinte de ce lieu dédié aux soins et au rétablissement, je remarquai qu'une nombre non négligeable de patients attendaient avec plus ou moins d'agacement leur tour. Un pique de présence assurément dû à l'alcool qui commençait à couler dans les bars et les restaurants. Les infirmières paraissaient débordées et déjà fatiguées d'une nuit qui allait s'annoncer longue et fastidieuse. Seule la réceptionniste semblait au-dessus de cette folie furieuse, préférant draguer ouvertement le chef de service. Et c'est tout juste si elle me remarqua m'aventurer dans le service qui m'intéressait. Il était formellement interdit d'interrompre une séance ou pire de se présenter sans rendez-vous. Mais tout cela me passait au-dessus de la tête.
Sans surprise la salle d'attente se montrait tout aussi bondée que le hall d'entrée. Mais cette fois-ci la raison en demeurait tout autre. Le charisme légendaire de celui qui exerçait derrière cette porte, amenait davantage de clientèle qu'un spot publicitaire aurait pu le faire. Des gens de tous âges et de toutes conditions tentait de se divertir comme ils le pouvaient afin que le temps s'écoule plus rapidement.
Exaspérée par cette admiration insensée pour un homme qu'ils connaissaient à peine, je pénétrai avec fracas dans le cabinet de mon frère. Des patients râlèrent de mon impertinence, et la jeune femme allongée sur la table s'indigna de ma présence Ô combien dérangeante. Elle me fusillait du regard, moi qui avait oser interrompre sa précieuse séance.
« Tobi, il faut qu'on parle... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
The lions free of the coliseums


The lions free of the coliseums






Re: Nobias ¤ Accusation Déloyale ; posté le Lun 7 Nov - 20:44



I'm not going to hurt her

FT. NORA F. SOLHEIM


Il ferme son agenda d’un coup sec en soupirant, sa blouse blanche trônant fièrement dans son casier qu’il n’a pas encore daigné ouvrir. En général, il exerce au moins une fois par semaine à la clinique de Redmoor, si ce n’est même pas deux. L’on pourrait croire que dans ce genre d’établissement, seule la chirurgie compte mais dans une ville comme celle-ci, toutes les pratiques sont bonnes et la salle d’attente est toujours pleine pour x ou y raison sans qu’il n’y soit absolument en rien responsable. La journée qui s’annonce va être des plus longues, il en a le mauvais pressentiment, non pas qu’il sache à l’avance à quels genres de patients il va avoir à faire (les cliniques c’est le jeu de la roulette russe), mais tout de même, il le sent, il le sait. Cette journée va être mouvementée. Son biper sonne les sept heures trente tapantes et il ne doit plus tarder, ouvre enfin son casier, récupère sa blouse blanche qu’il ne prend pas la peine de refermer sur sa tenue médicale et stérile, puis quitte les lieux vers sa partie de la clinique. L’avantage d’avoir les moyens c’est que l’on peut au moins y mettre des fonds dans l’hôpital et ainsi pouvoir avoir son propre bureau et salle de consultation qu’il prête à la moindre occasion pour les autres médecins.

« Encore une journée qui s’annonce enrichissante et pleine de surprises hein Solheim ? ». Faisant mine de rouler des yeux, c’est un sourire qui vient lentement et malicieusement étirer les traits de son visage. « Même le soleil est au rendez-vous, Ashmore. Tâche de ne tuer personne aujourd’hui ! ». Il attrape le calepin que lui tend l’une des infirmières de l’accueil, adresse un clin d’œil à son collègue, preux chirurgien de l’un des étages supérieurs et prend la poudre d’escampette sans même se retourner. « Comme les jours précédents, Solheim ! Comme les jours précédents ! ». Un rire cristallin retentit jusqu’à ses oreilles et il ne peut secouer la tête de gauche à droite en souriant pour se motiver. Oui la journée allait vraiment être longue mais ce crétin prétentieux avait au moins eu le mérite de le faire rire.

***

« Suivant s’il vous plait. »

Il est bientôt dix-huit heures et la salle d’attente ne désemplit pas, pour peu il va finir par faire une nocturne à ce rythme. Discrètement, alors qu’une brune s’avance en ondulant du bassin, il fait signe à l’infirmière de l’accueil un peu plus loin de ne plus laisser entrer personne. Par la lune en personne, que font tous ces gens pour vouloir recours aux services d’un kinésithérapeute ? Il y a vraiment des jours où il ne comprend pas.  

« Bonjour Docteur Solheim, j’ai bien cru que nous n’arriverions pas à nous voir cette semaine… ».

Elle pénètre à l’intérieur de la pièce en effleurant sa chemise médicale du bout des doigts et lui adressant un clin d’œil. Lui, il aurait préféré qu’ils ne se voient pas tout court, mais comme il est poli et attentionné sans même s’en rendre compte, il lui rend un sourire et lui fait signe d’aller poser ses affaires.

« Avec tous ces décalages de rendez-vous, c’est bien ce qui a failli arriver Mademoiselle  Jenkins. ».

Elle tourne la tête, sourire irrémédiablement perché aux lèvres et lui offre une mine des plus innocentes. « Vous pouvez m’appeler Maya vous savez. ». Intérieurement, Tobias s’autorise le plus grand des facepalm que toute la terre ait connue, mais à l’extérieur il ne fait que sourire et préparer sa table de consultation. « Comment va votre dos depuis la dernière fois ? ». Ladite Maya se lance dans un monologue mais le jeune sorcier, très professionnel, se contente de prendre des notes sans même s’apercevoir qu’elle retire déjà son haut sans passer par la case « paravent ». Lorsque ses prunelles d’un bleu azur se porte à nouveau sur la jeune femme, cette dernière est en petite tenue et grimpe, en continuant de décrire son mal de dos qui remonte jusqu’aux cervicales, sur la table de consultation. Au moins, ça a le mérite d’être du rapide et Tobias décide de ne pas perdre un seul instant. Plus vite c’est terminé, plus vite elle est partie.

Les minutes défilent et il masse chaque point de tension avec toute la dextérité dont il est capable quand il n’utilise pas ses différentes machines : chauffantes, refroidissantes, un véritable arsenal à lui tout seul. La kinésithérapie n’est pas uniquement composée de massages, il y a aussi des exercices de rééducation qui peuvent être douloureux, chose que la majorité de ses patients féminins ont tendance à oublier. Le sorcier s’apprête d’ailleurs à le signifier à la brune quand la porte de son cabinet s’ouvre à la volée, laissant entrer une tête blonde qu’il reconnaîtrait entre toutes. Maya, sa patiente, observe sa sœur avec autant de mépris que si elle était sa rivale directe, ne se formalise pas en continuant de la fusiller du regard et se redressant en dévoilant son soutien-gorge en dentelles rouges. Instantanément, et pris sous la surprise, Tobias lève les mains pour ne plus effleurer la peau du dos de sa patiente, pensant au risque de perdre le contrôle sur sa capacité, même si la nuit est déjà bien tombée. Mais comme il est resté toute la journée enfermé, il n’a pas vraiment eu le temps de jeter un coup d’œil dehors et il préfère rester prudent.

« Nora, je t’ai déjà dit que tu ne pouvais pas interrompre mes séances comme ça. ». Première remarque qui s’échappe de ses lèvres sur un ton qui est bien loin de celui des reproches, au contraire, il s’agit même plutôt d’un conseil. « On a terminé la séance pour aujourd’hui Mademoiselle Jenkins, rappelez-moi demain matin pour caler votre prochain rendez-vous. Veuillez m’excuser. ». Bienveillant, il la laisse remettre son haut et récupérer ses affaires avant de la raccompagner à la porte, la jeune femme ne se gênant pas pour jeter un regard noir à Nora. Oui, elle venait de tout gâcher, elle qui l’avait presque dans la poche. « En espérant que nous ne serons pas interrompus la prochaine fois, je paye pour ces séances. Docteur. ». Et elle disparait de sa vue, lui faisant un signe aux autres patients qui attendent encore. « Pour ceux et celles qui n’ont pas pris de rendez-vous, repassez demain matin, le Docteur Peters s’occupera de vous. Pour les autres, je suis à vous dans quelques minutes. Merci pour votre patience. ». Compatissant, il leur adresse un sourire gêné et referme la porte, les laissant tous les deux en privé et venant à la rencontre de sa sœur aînée, les traits soudain inquiets. « Il y a un problème ? Qu’est-ce qui t’arrive ? Tu n’as rien au moins ? ». C’est à peine s’il ne l’inspecte pas sous toutes les coutures pour vérifier qu’elle n’a rien. Il espère pour le matricule des solaires qu’ils n’ont rien tenté sur elle aujourd’hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Nobias ¤ Accusation Déloyale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Accusation d'utilisation d'enfants par l'OTAN
» La police française pratique le délit de faciès
» jeanne D'ARC
» convention entre orthophoniste et école

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CURIOSITIES OF THE SKY. :: ASCLEPIOS HOSPITAL-
Sauter vers: